Oui je suis partie pour rester Vie de merde

Oui je suis partie pour rester Vie de merde ! C’est un peu normal. Rappelez-vous, dans mes anciens articles je vous parlais de mon projet de partir pouMoi je fais un tour du monde avec ma queenr un tour du monde à vélo. A cette époque, mes recherches d’emploi n’aboutissaient pas. J’avais alors décidé de faire une ultime baroude d’honneur à une « VDM », à un système qui laisse les citoyens plonger et sombrer dans un chômage de longue durée, dans la précarité et la misère. Ce projet est toujours présent à mon esprit. Personne n’est à l’abri de tomber à nouveau, aspiré et broyer par une machine à exclure, assombri par un contexte économique plus que tendu, des perspectives plus que moroses. De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités. En effet, nos représentants politiques font tout pour s’emparer du pouvoir à des fins personnelles. Ils se servent naturellement en premier, par la suite le marionnettiste qui les a propulsés sur le devant de la scène. Comment un êtmoi j'ai 2 ou 3 offres d'emploi de secrétaire à pouvoir de suite re sensé pourrait-il trouver un moment de repos quand il a le pouvoir pour gouverner et faire des changements et quand il sait ce que les gens et son pays attentent de lui ? Payer ses factures, se soigner, assurer l’éducation de ses enfants ; Malheureusement le nôtre est plus préoccupé par le choix de sa première dame que par les problèmes de ces concitoyens. Bref, ce n’est qu’un homme ordinaire sans le moindre charisme naturel, il se cache et fuit ses responsabilités dans un mutisme total espérant que les choses finissent par s’arranger par d’elles-mêmes. Et si par bonheur tel est le cas, il prétendra que c’est le fruit de son travail. Je pense toujours à mon tour du monde, d’ailleurs, il n’y a pas longtemps, je discutais avec un collègue de travail, en gambergeant sur tous de ces pays que j’aurais pu traverser et visiter, des rencontres que j’allais faire ainsi que les histoires et les images que j’aurais pu publier et partager sur le site. Cela se fera sans doute un jour, ce n’est que partie remise. Puis la discussion se poursuit avec mon collègue. Elle concerne les affaires en cours ainsi que nos clients en pointant certains d’entre eux et en disant que c’est nos clients qui nous font vivre. Certes, ils nous font vivre. Puis, je me suis rappelé quand j’étais petit, comment je m’amusais à deviner la personnalité et le physique des gens juste en regardant leurs chaussures.

On peut rester debout en première étage J’avais onze ou douze ans, quand, après les cours, je prenais les transports en commun pour rentrer chez moi. Dans les autobus anglais, vous savez ceux à deux étages. Il faut savoir qu’au premier étage de ces bus, lorsqu’il n’y a plus de places assises, on peut rester debout. Et croyez-moi, aux horaires auxquels je montais dans ce maudit bus, il n’y avait que rarement de places assises. Au départ, celaRechercher mort ou vif n’était qu’un simple jeu de gamin qui trouvait le temps long debout. Ma taille d’enfant m’offrait un poste d’observation privilégié pour observer les chaussures des gens. De fil en aiguille, je me suis pris au jeu. D’abord, je commençais par imaginer la tête du sujet. Ensuite, lorsque j’avais trouvé que la tête était bien que celle que j’avais imaginée, je prolongeais l’expérience en essayant de deviner quel genre de personne pouvait porter ce type de chaussures. Une fois que mon imagination avait construit un portrait précis, venais alors le temps du verdict et je levais la tête. Je découvrais alors si j’avais raison. Était-ce bien la  personne que mon imagination avait fabriquée dans mon esprit ? Je peux vous assurer que je me souviens comme si c’était hier que j’étais excellent à ce jeu-là. En découvrant le physique de ma victime, celui-ci correspondait très souvent à l’idée que je m’étais faite de cette personne juste en regardant les chaussures. Du coup je vois mon collègue disparaître pour réapparaître quelques secondes plus tard avec une chaussure dans la main, bien entendu c’était la sienne, mort de rire je lui fais comprendre que c’était marrant quand je ne connaissais pas la personne, Sacré Tuc. En rapprochant l’idée que je me faisais des gens en regardant leur chaussures et des clients qui nous font vivre et surtout de ceux qui nous emmerdent, parfois pour rien, je me suis posé la question suivante : Y a t-il une relation entre le physique et le caractère ?  Ou bien est-ce que le physique peut influencer ou forger le caractère ? J’ai consOui je suis partie pour rester Aladinecience d’avancer sur un terrain dangereux et que certains pourraient me critiquer comme on critique ceux qui stigmatisent pour délit de sale gueule, mais alors pourquoi au cinéma, on arrive à comprendre qui est le gentil et qui est le méchant ? Est-ce que c’est mal quand on parle de physique ou quand on dit souvent que cette personne à la gueule de l’emploi. Quoi qu’il en soit la voix de cette personne correspond à son physique, avoir une gueule de méchant avec une voix de gentil ça ne marche pas non plus. Avec le temps et l’expérience de la vie je me suis rendu compte que ce type d’a priori ne marche vraiment pas et que ce n’est qu’un jeu amusant, ou une fiction mental. Seul mon comportement envers la personne en face de moi va déterminer sa réaction envers moi. Mes pensées sont transmises malgré moi par le regard que je pose sur mon interlocuteur et c’est précisément ce qui déterminera son comportement à mon égard, hostilité pour hostilité, sympathie pour sympathie. Oui je suis partie pour rester Vie de merde

Je vous quiet en vous embrassant bien fort. Oui je suis partie pour rester Vie de merde Oui je suis partie pour rester Vie de merde Oui je suis partie pour rester Vie de merde Oui je suis partie pour rester Vie de merde Oui je suis partie pour rester Vie de merde

@+ Oui je suis partie pour rester Vie de merde

Our Score
Our Reader Score
[Total: 2 Average: 5]

Si vous avez aimez mon article merci de bien vouloir Laisser un commentaire